Calculateur de primes
Prendre rendez-vous

Demander un entretien-conseil

Finding the right insurance solution is sometimes not easy. Our customer advisers are therefore happy to take time for you.

Demander conseil

Je suis partie en forêt pour ne rien faire et j’ai été ravie (1re partie)

À quand remonte la dernière fois où as-tu fait quelque chose pour la première fois? Personnellement, il n’y a pas très longtemps. Je suis allée dans la forêt. Mais pas pour courir, faire du vélo ou me promener. J’étais dans la forêt sans y associer l’ambition d’une activité sportive.

Pourtant, j’aime que les choses bougent et j’ai le goût de l’effort. Ce que je n’apprécie pas vraiment, c’est l’inactivité. Toutefois, cette vie trépidante me pose de plus en plus problème. Souvent, je pense déjà à mon prochain rendez-vous au lieu de savourer le café qui m’attend. C’est un état terrible, l’élément déclencheur classique du stress.

Lorsque j’ai entendu parler du concept de «bains de forêt», je me suis imaginé une piscine dans laquelle j’enchaînerais les longueurs au beau milieu des bois. En réalité, c’est tout le contraire: il s’agit de percevoir la forêt à travers tous ses sens, de rechercher l’apaisement, et idéalement, de faire du bien à sa santé. Le bain de forêt est à la mode, mais il repose sur une ancienne tradition d’Extrême-Orient, le Shinrin-yoku, et fait l’objet de recherches scientifiques au Japon depuis les années 1980. Il m’a fallu du temps pour m’en convaincre, je me demandais si ce n’était pas un peu ridicule.

Mais je voulais absolument essayer. Je suis donc allée dans la forêt et j’ai essayé d’identifier ce que j’entendais. Quel son est le plus éloigné? Le bruissement des arbres sous l’effet du vent. Lequel est le plus proche? Le crissement sous mes pieds. Que vois-je autour de moi? Quelle odeur puis-je sentir si je reste immobile?

Qu’est-ce que je ressens si je me tiens sur une souche d’arbre?

Mon premier bain de forêt a été une révélation. Dans un premier temps, j’ai éprouvé quelques difficultés à exprimer mon ressenti, car bien entendu, si ma promenade a atteint un tel degré d’intensité, c’est parce qu’habituellement, je ne suis pas aussi attentive à mon environnement. Lorsque je me déplace en ville, je regarde mon téléphone portable. Et si, à l’occasion, je suis effectivement en forêt, ma présence est liée à l’ambition d’une activité sportive.

Certains n’ont pas besoin d’une tradition orientale ancestrale pour savoir que la forêt leur est bénéfique. Moi, j’en avais besoin. Mais maintenant, je ne suis pas prête de l’oublier. Le concept des bains de forêt n’est pas une plaisanterie, mais une science. J’en parlerai dans mon prochain article de blog.

Qu'est-ce que vous cherchez?
loading