04.03.2021

Rien de très nouveau

Les pandémies mortelles ne sont pas un phénomène du XXIe siècle. Qu’il s’agisse du coronavirus, de la peste ou de la grippe espagnole, elles tiennent le monde en haleine depuis la nuit des temps et devraient nous faire réfléchir davantage à la santé publique.

Au cours de ce siècle, jamais une menace n’avait pesé simultanément sur le quotidien de l’humanité toute entière de façon aussi immédiate que le coronavirus. Les nouveaux types de virus et bactéries ont toujours été à l’origine de pandémies. Toutefois, nous devons tirer des leçons de la crise du coronavirus, notamment parce que la destruction de la nature et la manière dont nous traitons les animaux favorisent l’apparition de nouvelles maladies.

En savoir plus dans Vivere 1/2021